Faire le premier pas.

Les premiers pas sont toujours les plus difficiles. Moi-même, je n’ai pas échappé à cette règle. J’ai beau avoir gagné en confiance ces dernières années, lancer mon propre projet me semblait (presque) impossible. Pour ne rien arranger, le syndrome de l’imposteur tapait à ma porte beaucoup trop souvent à mon goût, me laissant face à ma peur du jugement, mais aussi de l’échec. Dans cet article, je vous livre comment j’ai réussi à faire ce premier pas, et peut-être vous donner le courage de faire le vôtre.

Février 2021, le blog « Au Singulier » est né. Je vous parle aujourd’hui du jour où j’ai décidé de me lancer.

C’est vrai que j’ai toujours eu cette profonde admiration pour les personnes qui lancent leurs propres projets, alors prêtes à tout, quitte à sortir de leur zone de confort. Les artistes passionnés qui décident de foncer. Les belles plumes qui se lancent dans l’écriture. Les entrepreneurs qui démarrent une nouvelle vie. J’admirais cette audace, ce courage. Ils décidaient de « faire quelque chose de leur vie« . Cette phrase m’attire depuis des années, je ne saurai comment l’expliquer. J’ai cette profonde envie de créer quelque chose, de porter un projet, à moi, au travers duquel je pourrais m’épanouir.

« Qui ne tente rien n’a rien. »

Hésitante, je tombe sur la citation “qui ne tente rien n’a rien”. Trop souvent, j’ai eu peur de me lancer, peur du regard des autres et du jugement de ces derniers. Je mets mes envies et ressentis de côté, je me répète encore et encore que je risque d’échouer. L’échec n’avait jamais été envisageable pour moi (mentalité bien française je dois avouer). Que ce soit à l’école ou dans ma vie professionnelle, je me devais de réussir et si le résultat n’était pas à la hauteur, si je n’étais pas à la hauteur, je vivais très mal cet échec. Mais pourquoi?

Blog Au Singulier. Peur de l'échec

Au cours de mon actuelle reconversion professionnelle, je me suis rendue compte que cette pensée négative me bousillait la vie depuis longtemps. Je devais m’en défaire, passer outre et me lancer, quitte à tomber. Tomber mais me relever, grandie de l’expérience. Cette prise de conscience fut une révélation pour moi, un cap très important dans ma vie.

« Tout est possible. »

Blog Au Singulier. Nous avons le pouvoir.

Je remets mes idées au clair. J’ai tout à apprendre, mais je suis déterminée, motivée. Je me donne alors pour objectif en cette nouvelle année de faire ce premier pas, et sortir de ma zone de confort (oui, enfin). Il était temps pour moi de commencer mon projet.

Le « pourquoi » de votre projet.

Partager me plaît. Et c’est là que je me rappelle ce projet d’études: créer un blog. Nous avions décidé avec une amie d’écrire sur le thème du voyage, et je dois dire que j’avais pris un réel plaisir à écrire mes articles. J’ai même continué encore des mois après à poster mes récits de voyage. Et si je m’y remettais? Mais plus sérieusement? Partager mes expériences, mes centres d’intérêts. Transmettre ce que j’ai pu apprendre, vivre, pour aider, faire grandir, évoluer.

C’est MON pourquoi. La raison qui m’a poussée à créer ce blog. Et je me le rappelle sans cesse. Un moment de doute, un coup de mou? Il est crucial de garder à l’esprit le « pourquoi » de votre projet. Celui-ci doit être important pour vous. La raison pour laquelle vous faites votre premier pas doit vous animer, vous permettre d’aller au-delà de vos limites. Finalement, le garder dans un coin de votre tête vous permet de ne pas vous perdre, de ne pas vous décourager et vous donne la motivation. De nombreuses fois, j’ai hésité à tout arrêter avant même d’avoir mis en ligne mon blog. Mais me rappeler « le pourquoi » de mon projet me redonnait de l’énergie, et ce à chaque fois.

Se fixer des objectifs.

Pour se lancer, il est important de se rassurer. C’est en me fixant des objectifs, en dessinant une ligne conductrice que j’ai pu faire le premier pas. J’avais besoin de concret, et noter sur un papier points par points ce que je voulais faire, ce que j’avais envie de faire me permettait de voir plus clair et finalement, de mieux avancer. J’allais de point en point, vers la création de mon projet. Dis comme ça, ça fait un peu moins peur, non?

Je me faisais des to-do lists pour la semaine (j’ai le droit de dire que j’adore les to-do lists?): choisir le thème du blog, le nom, la charte graphique. Définir les images que j’ai envie d’utiliser, le titre de mes rubriques, la fréquence de mes articles. Une fois mes objectifs fixés, il est temps de passer à l’action.

Si l’exercice de vous fixer des objectifs vous semble compliqué, vous trouverez dans cet article une méthode qui me sert encore aujourd’hui: la méthode SMART.

Faire le premier pas. Se lancer. Un point important restait encore en suspens: la date de mise en ligne du blog. C’est finalement la dernière étape, la dernière case à cocher. J’attendais toujours le meilleur moment pour le mettre en ligne. Mais finalement, il n’y a jamais de meilleur moment, il suffit juste de se dire « allez, c’est parti! ». Je ne sais pas pourquoi, peut-être pour garder une date importante pour moi, mais j’ai décidé de le rendre public le jour de mon anniversaire. Une date symbolique pour ce jour où j’ai osé.

Rester soi-même.

Certes, j’étais capable d’avoir un visuel sympa pour mon blog. Proposer différents articles. Mais c’est là où je me suis intéressée plus en détails à l’envers du décor, le SEO, Google, la pub… Tous ces petits détails qui font que Google pourra mettre en valeur ou non mon blog, qu’il remonte dans les barres de recherche pour finalement, être lu. Quand je voyais toutes les techniques pour y arriver, j’avais l’impression de perdre tout le côté authentique que je cherchais à instaurer dans mes écrits. J’avais le sentiment que certains écrivaient plus pour Google que pour les personnes derrière l’écran. Ce n’était pas moi. Ce n’est pas moi. Je ne voulais pas utiliser autant de « combines ».

Faire le premier pas, c’est avant tout pour soi. Se lancer dans un nouveau projet, c’est une décision importante mais surtout personnelle. Il est donc nécessaire de rester soi-même dans tout ce processus. Si cela ne vous ressemble pas, comment rester motivé? Votre touche personnelle peut être multiple, mais elle doit apparaître: vos valeurs, votre personnalité, vos goûts, vos aspirations. Vous devez transparaître au travers de votre projet si vous voulez être capable d’avancer. Sortir de votre zone de confort, gravir les échelons, changer de vie. Oui, mais pour vous.

Finalement, je venais de trouver ce projet que je voulais porter. Et vous, avez-vous trouvé le vôtre?

« Saute, en sachant que tu atterriras. »

SOS Conseils: Prends le temps de te poser les bonnes questions. Ne te mets pas de barrière, ne laisse pas tes croyances limitantes prendre le dessus. Si tu crois en toi, ce que tu fais, tu rayonneras autour de toi, tu attireras ce qui est fait pour toi, ce que tu mérites. Alors fais le premier pas, lance toi, tu as tout à gagner.

Croyez en vos rêves, croyez en vous,

Sterenn

Une réflexion sur “Faire le premier pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s