Être capable de lâcher prise.

Plusieurs semaines sont passées sans que je ne publie un nouvel article. Pour tout vous dire, je crois même que cela fait un bon mois. Moi qui avais tout calculé d’avance, prévu d’écrire un article chaque semaine, je ne pouvais, je ne voulais pas publier ces dernières semaines. Aujourd’hui, je vous écris à nouveau car ce moment d’absence m’a justement fait comprendre une chose :l’importance du lâcher prise. 

Savoir s’écouter soi.

De nature perfectionniste et organisée, il m’était impensable de ne pas sortir un article par semaine. J’avais beau me répéter que ce n’était pas dramatique de ne pas écrire autant, je me mettais parfois inconsciemment sous pression pour finir à temps alors qu’en soit, ce projet est simplement là pour partager et me permettre d’assouvir mon besoin d’écriture. C’est en écrivant le dernier article en date que je me suis rendue compte que j’allais peut-être vers quelque chose qui ne me ressemblait plus vraiment.  

Je commençais à douter, presque à me forcer à trouver un sujet alors que les premiers articles venaient instinctivement. Je mettais plus de temps, je faisais plus de fautes, comme si finalement, je me perdais. C’est là que j’ai remarqué les premiers signes. Je postais car j’avais prévu cette périodicité, je ne postais pas par envie. Le choix du sujet devenait difficile, presque pénible. Mon quotidien est considérablement en train de changer, j’ai plusieurs projets en même temps, et je savais au fond de moi que je ne pouvais tenir ce rythme ces dernières semaines. Mais j’ai justement su voir tous ces petits signes, les prendre en considération et me remettre en question. J’ai réussi à m’écouter; écouter mon ressenti et mon intuition, moi qui avais l’impression d’être complètement bloquée de ce côté-là.  J’ai donc décidé d’écrire au gré de mon inspiration, au fil de ma vie. J’écris quand j’en ressens le besoin. C’est d’ailleurs une petite victoire pour moi d’avoir été capable de m’écouter, de m’arrêter au bon moment. Je n’ai pas écouté mon entourage, je n’ai pas continué par peur du regard ou du jugement des autres. J’ai fait abstraction de tout ça pour me concentrer sur moi. 

“Savoir s’écouter c’est être disponible aux bonnes informations de son corps.” Claude May Waia

J’ai dû accepter, j’avais peur. Peur que plus personne ne lise mes articles, que ce vide d’un coup puisse lasser les lecteurs. C’est pour cela que j’avais à cœur de vous écrire cet article. Car cette absence m’a appris quelque chose, et vous apportera sûrement aussi. J’ai appris combien il était important de s’écouter soi, et agir en fonction. Ne pas écouter une autre voix que la sienne. 

Cultiver l’indulgence.

Cette petite parenthèse m’a aussi appris à être de plus en plus indulgente avec moi-même. J’ai toujours eu tendance à être assez difficile, critique vis-à-vis de ma personne, sur différents aspects de ma vie d’ailleurs. Rebondir face à un échec, accepter ce qui ne peut être changé, accepter ses propres limites, sont des situations qui nous apprennent à être indulgent avec soi, afin de lâcher prise. Comprendre que nous ne sommes pas des machines, que nous avons des moments de doute, de remise en question, que nous ne pouvons pas tout contrôler. C’était le cas pour moi ici. J’ai accepté mes propres limites, je devais prioriser d’autres choses dans ma vie à cet instant T et je l’ai fait. Je ne me suis pas acharnée, j’ai préféré me concentrer sur des projets qui me demandaient beaucoup d’énergie. C’était pour moi la bonne décision à prendre même si je dérogeais à mon objectif d’un article par semaine. C’est là que j’ai appris à être beaucoup plus indulgente, à me poser les bonnes questions, à prioriser. C’est souvent grâce à des petites expériences du quotidien qu’on en apprend davantage sur soi. Apprendre à relativiser est un énorme pas en avant pour moi. Être capable d’être bienveillante à mon égard. Comment ai-je fait? J’ai commencé par écrire, juste pour moi cette fois. Je prenais mon carnet et je noircissais les lignes un peu plus chaque jour: pourquoi je me sentais pas à l’aise, pourquoi je n’étais plus motivée, pourquoi je perdais mon optimisme face à ce projet. Dans ce carnet, j’écrivais le fond de ma pensée, le fait que j’avais peur de décevoir, le fait que j’étais déçue de ne pas tenir ma cadence, que la comparaison avec d’autres contenus me pesait beaucoup. Et puis, au fil de l’écriture, je me rendais moi-même compte que la plupart de mes doutes, de mes réflexions, n’avaient pas lieu d’être (oui oui les fameuses croyances limitantes). J’étais capable de trouver un contre argument à chacune de ces croyances. Peu à peu, j’avançais dans ma propre réflexion, je prenais du temps pour moi en m’échappant de mon quotidien. Je me prouvais un peu plus chaque jour que je me mettais ces barrières toute seule.

J’ai adhéré à la phrase de mes parents, le fameux « c’est OK ». Rien n’est grave, tout est expérience. Il n’y a pas de bons ou mauvais choix. Être trop critique avec soi, ou avec les autres d’ailleurs, n’apporte rien. Le doute, les erreurs font partie de la vie. Couvrir de reproches à la première occasion n’aidera personne, ne fera avancer personne. Ni vous, ni les autres. Relativiser, questionner, comprendre, apprendre. Accepter de ne pas toujours avoir le contrôle et se laisser guider.

Vivre dans l’instant présent.

Lâcher prise c’est respirer un grand coup, prendre le temps de faire une pause. Ce n’est pas laisser tomber, c’est finalement se détacher, se protéger de certains effets. Se dire qu’on a fait le maximum, qu’on a donné le meilleur de nous et que la suite ne nous appartient pas, se libérer de ce poids afin de se recentrer sur le moment présent. Ne pas penser au passé, ni au futur mais rester dans l’instant, ce que tu es et fais aujourd’hui. Accepter que certaines choses ne dépendent pas de nous et apprécier à ce jour le travail fait et être fier de soi.

« Vivre sa vie c’est savoir lâcher prise face aux évènements et se laisser aller au gré du vent. » Philippe Chavanis

J’ai pour ma part tendance à penser aux conséquences négatives de mes actions et j’insiste vraiment sur le terme « penser ». Être constamment dans ses pensées, ruminer, peut vite être très pesant. Il est important d’en sortir, de comprendre que ce ne sont que des petites voix qui sont là pour nous tester mais que ce n’est pas la réalité. Pour revenir à l’écriture d’article, je me disais que j’avais presque gâché mon travail des débuts en faisant une pause d’un mois, je pensais que ça n’allait plus intéresser, que ça ne servait plus à rien. C’est donc typiquement dans une situation comme celle-ci que j’ai compris et surtout appliqué ce principe. Une grande inspiration pour revenir au moment présent. Je ne pense ni à ce que j’aurais pu faire avant ni à ce que je dois faire après. Je profite de l’instant. Je me suis dis que cette pause avait été bénéfique pour trouver des sujets d’articles, qu’elle m’a permis de développer de très beaux projets à côté. Je n’ai absolument pas perdu le travail des débuts, au contraire, il m’a fait évoluer.

SOS Conseils: Etre capable de lâcher prise, je ne vous le cache pas, c’est un long travail mais qui selon moi reste très important. Savoir se détacher quand il le faut permet sincèrement de vivre plus sereinement. Pour moi, l’écriture, le retour à la nature, les moments solitaires sont mes solutions qui me permettent de lâcher prise. Pour vous, ce sera bien d’autres solutions. Soyez libre de créer vos propres petits rituels pour avancer. Je vous conseille le livre « Les accords toltèques » de Miguel Ruiz qui détaille très justement le fait que certaines choses ne nous appartiennent pas, et qu’il faut arrêter de chercher à vouloir tout contrôler. Notre vie est incontrôlable, nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Mais c’est ce qui rend cette aventure si spéciale. Libre de chaque jour se réinventer, se voir confronter à l’inconnu. Alors laissons nous porter, apprécions l’instant présent, écoutons-nous et tout se mettra en place.

J’ai décidé de faire confiance à la vie, et vous?

Sterenn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s